fbpx

Dîtes non à la hiérarchie des savoirs

Au service de l’ordre établi

L’école n’est pas qu’un lieu d’apprentissage. C’est aussi un projet politique visant à façonner un futur salarié habitué depuis son plus jeune âge à respecter la hiérarchie et accomplir son travail sans discuter.
Ainsi, l’école, loin de développer l’esprit critique de nos enfants, présuppose l’objectivité de nos médias de masse. Par ailleurs, l’éducation nationale a mis en place le cours sur l’éducation aux médias et à l’information censé sensibiliser les élèves à la dangerosité des médias alternatifs issus du web.

Bons et mauvais élèves

De même, le système scolaire contribue à hiérarchiser les savoirs et donc les métiers. Le système scolaire français privilégie par exemple les connaissances théoriques au détriment des activités manuelles, reléguant ainsi au rang de “mauvais élèves”, des enfants peu performants en mathématiques et en grammaires mais excellents dans la fabrication d’objets et le bricolage.
Certes, tous les enfants sont doués d’intelligence mais celle-ci peut-être plus ou moins conceptuelle, pratique, artistique, relationnelle, c’est pourquoi beaucoup d’élèves sous-performent à l’école malgré de très bonnes capacités intellectuelles. Cette discrimination à l’égard des intelligences qui ne sont pas conceptuelles, dévalorise et culpabilise une partie importante des élèves. Une étude de 2014 faite sur 1198 élèves de secondaire montre que les intelligences à dominantes logico-mathématique et linguistique ne concernent respectivement que 10% et 12% des étudiants testés. La plupart des élèves se distinguent plutôt par leur intelligence naturaliste (21%) et leur intelligence interpersonnelle (16%), deux talents qui ne sont pas valorisés par le système scolaire actuelle.

Discrimination intellectuelle

Nous sommes là devant une énorme contradiction, l’école qui dit vouloir combattre les stéréotypes de genre et enseigne à nos enfants que garçons et une filles sont presque identiques en tout point, mais dans le même temps, elle participe activement à la perpétuation de stéréotypes et des croyances qui impactent durablement l’avenir de nos enfants en ne prenant pas en compte la diversité des formes d’intelligence.

L’approche pédagogique trop théorique proposée par l’école rend l’apprentissage du Français et des mathématiques vraiment pénible pour beaucoup d’élèves. Malheureusement pour eux, le système scolaire actuel ne leur offre aucune autre alternative, pas de cours pratique, pas d’expériences scientifiques. Même les matières telles que la technologie sont enseignées à travers des schémas et du vocabulaire, quand on vous met devant un écran c’est pour faire du traitement de texte. Quant aux quelques disciplines artistiques comme le dessin ou la musique, elles sont considérées comme subalternes, ce qui prend la forme de coefficient réduit. Pas étonnant dans ces conditions que les élève considèrent leur “orientation” vers les filières professionnelles comme des pis-allers, voir un échec personnel. D’ailleurs plus de la moitié des élèves sortant avec un diplôme ne choisissent pas de travailler dans leur domaine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne partez pas sans vous abonner à la newsletter
Recevez nos derniers articles et conseils avant tout le monde (éducation, scolarité, psychologie, développement personnel...) Bénéficiez sans condition de 20% sur tous nos produits (formations, e-book, conférences...)
Semanciper.com respecte la législation européenne dite RGPD. Vos données et emails ne seront en aucun cas partagées.