fbpx

Instruction en famille : orgueil et préjugés

Les enfants n’appartiennent pas à leurs parents

On accuse parfois les parents ayant opté pour l’instruction à domicile de trop vouloir “contrôler” leurs enfants. En effet, “les enfants n’appartiennent pas à leurs parents”, dixit Laurence Rossignol ex. sénatrice de l’Oise au parti Socialiste, appartiennent t-ils pour autant à l’État ? Alors, pourquoi reprocher aux parents-enseignants de vouloir prendre en charge l’éducation de leur progéniture ?

Un sondage réalisé par le site Apprendre avec bonheur basé sur 517 répondants montre que 70% des parents affirment avoir fait ce choix pour offrir à leurs enfants un cadre serein, détendu favorisant la confiance en soi.

Les raisons qui poussent les parents à retirer leurs enfants de l’école

C’est en analysant les principales raisons qui motivent les parents à opter pour L’IEF que l’on entrevoit ce qui fait défaut à l’école publique :

  • Respecter le rythme d’apprentissage de mon enfant (84,7 %)
  • Respecter le rythme de vie de mon enfant : sommeil, repas, besoin d’aller aux toilettes librement, etc (73,5 %)
  • Lui permettre d’apprendre dans une ambiance détendue et en confiance (66,7 %)
  • Lui offrir du temps pour lire, ne rien faire, inventer, etc. (66.2 %)
  • Encourager sa liberté de pensée (65.4 %)
  • Lui offrir plus de temps de jeu, indispensable pour son bon fonctionnement selon moi (62.1 %)
  • Le protéger du stress de la compétition à l’école, désir de favoriser la coopération (54.9 %)
  • Ne pas subir d’évaluations, refuser le jugement de son travail ou de ce qu’il serait (52.2 %)

L’école lieu de tensions permanentes

Adultes et enfants ne sont pas si différents, leur réaction face au stress sont souvent identiques.

Que se passe t-il quand un adulte est soumis à un stress trop important dans son activité professionnelle ? Dans la plupart des cas, on observe un manque de motivation qui se manifeste par une hausse soudaine des arrêts de travail. D’autres fois, le salarié est présent mais ne parvient pas à se concentrer sur sa tâche, ce qui occasionne une baisse de sa productivité.

En revanche, si la situation perdure, l’étape suivante sera la dépression qu’il ne faut pas prendre à la légère, certaines entreprises ayant connu des vagues de suicides.

La plupart des élèves parviennent à s’adapter à leur environnement scolaire, mais pour d’autres la scolarité est un véritable calvaire.

Ainsi, les forums de discussion de parents abondent de témoignages décrivant des enfants malheureux dans leur scolarité : crises d’angoisse dues à de mauvaises notes, peur du harcèlement et des agressions (phénomène concernant entre 10 et 15% des élèves, surtout en primaire et au collège), baisse de l’estime de soi suite à des moqueries répétées, stress au moment des examens…

Comment ne pas faire le lien entre un environnement scolaire en dégradation et la progression rapide de l’instruction en famille (+40% en 10 ans selon les chiffres officiels de l’Éducation Nationale) ?

Pourtant, l’État loin de reconnaître la légitimité de cette démarche de protection de la part des parents vis à vis de leurs enfants, a choisi en 2017, de renforcer les contrôles à l’égard de l’IEF.

A quand un vrai dialogue ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne partez pas sans vous abonner à la newsletter
Recevez nos derniers articles et conseils avant tout le monde (éducation, scolarité, psychologie, développement personnel...) Bénéficiez sans condition de 20% sur tous nos produits (formations, e-book, conférences...)
Semanciper.com respecte la législation européenne dite RGPD. Vos données et emails ne seront en aucun cas partagées.