fbpx

80% de réussite au brevet des collège ? Ce que l'on ne vous dit pas…


En cours
Bravo et bienvenue !

88% de réussite au Brevet ?

Nous avons vu auparavant comment nos différents ministres de l’éducation ont très habilement à partir des années 90, maquillé l’échec de leur politique de massification de l’enseignement en supprimant certains indicateurs de performance. Par exemple en supprimant peu à peu le redoublement, en abaissant le niveau d’exigence pour le passage en Seconde. En faisant de même pour le Baccalauréat afin d’atteindre l’objectif des 80% de réussite et donner l’illusion que tout va bien.

48% de réussite à l’examen final

Une lecture trop rapide des gros titres donne à penser que tout va bien en France en matière d’éducation. Nous avons d’“excellents” résultats du Brevet des collèges (86,3% en 2018).

Mais, ce que la plupart des journalistes (pas tous heureusement), oublient de dire c’est que seuls 48% des élèves ont réussi les épreuves écrites en 2018. En réalité, la majorité des élèves obtient le Brevet non pas grâce à l’examen final mais grâce à des scores très élevés au contrôle continu (sans doute proche de 100% de réussite). La différence entre les notes aux contrôles continus et celles à l’examen final, laisse sceptique…

C’est ce que révèle l’une des dernières études du Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco). Rapport qui n’a visiblement pas plu au ministre Jean Michel Blanquer qui a pris la décision de supprimer le Cnesco.

15% de réussite dans les Yvelines

Toutefois, cette étude est une véritable “bombe”, elle met en évidence le écarts importants entre collèges aisés (qui atteignent péniblement les 57% de réussite, ce qui n’est pas glorieux) et les établissements des quartiers pauvres  : 23% dans le Val-de-Marne et la Seine-Saint-Denis, 21% en Essonne, 19% dans le Val-d’Oise et même 15% dans les Yvelines.

L’échec de l’école par rapport au socle commun de connaissances

Comment interpréter ces chiffres ? Considérons tout d’abord que cet examen écrit – et anonyme – du Brevet, nous donne un bon aperçu des compétences écrites de nos enfants au sortir du collège. Nous savons où se situent nos enfants dans les trois matières “principales” que sont le français, les mathématiques et l’histoire géographie.

Donc, si seuls 48% des élèves réussissent l’examen écrit, cela revient à dire qu’en réalité seul un élève de Troisième sur deux possède un niveau correspondant au socle commun de connaissances attendues. Évidemment, si l’on regarde les taux de réussite des établissements de banlieue qui avoisinent les 20% on ne peut qu’être saisi de dégoût devant l’hypocrisie de nos politiciens qui nous annoncent chaque année des scores proches des 90%.

Voilà un bilan peu honorable de l’Éducation Nationale. On comprend pourquoi le Ministère de l’Éducation ne publie jamais ces chiffres. Les inspecteurs qui connaissent ces chiffres (je l’espère) peuvent-ils encore exiger des parents le respect absolu du socle commun de connaissances quand l’école publique n’y arrive pas ?

Il serait vraiment intéressant de comparer objectivement les deux systèmes d’enseignement, je pense que l’école publique sans l’aide du contrôle continu, aurait bien du mal à surpasser le travail des parents à la maison.

En cours
Bravo et bienvenue !

Sources :

✅Rapport du Cnesco, 2018 : Panorama des inégalités scolaires d’origine territoriale dans les collèges d’Île-de-France.

✅Le NouvelObs : Pourquoi les vrais chiffres du brevet des collèges sont inquiétants

2 thoughts on “80% de réussite au brevet des collège ? Ce que l'on ne vous dit pas…

    • Mehdi

      Bonjour,

      De rien Émilie ! Je t’invite d’ailleurs à t’inscrire à notre newsletter. A titre personnel, je vais prochainement publier un livre sur l’instruction à la maison et la non scolarisation. Ce livre sera vendu dans les grandes librairies, mais je l’offrirai à TOUS nos abonnés.

      Ce petit livre aidera ceux qui ont opté pour une éducation alternative en leur apportant des arguments sourcés. Mon objectif est triple : expliquer en quoi les parents qui choisissent l’IEF ou la “non sco” sont parfaitement légitimes, lutter contre leur diabolisation et leur redonner confiance.

      Plus globalement ce livre aux parents est un point de vue alternatif sur l’école.

      Rendez-vous au mois de Mars-Avril !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La newsletter qui peut révolutionner ta vie
Recevez nos derniers articles et conseils avant tout le monde (éducation des enfants, réussite scolaire, psychologie, organisation, lectures...).
Semanciper.com respecte la législation européenne dite RGPD. Vos données et emails ne seront en aucun cas partagées.
%d blogueurs aiment cette page :