fbpx

L’IEF c’est “la loose” ?…

L’école la meilleure alternative pour les petits budgets

L’instruction en famille, attire car se présente comme une alternative efficace et peu coûteuse face à un système scolaire à la dérive mais aussi face à une société dans laquelle les notions de “famille”, de “parents”, de “traditions” ont été mises à mal ces cinquante dernières années. En outre, l’instruction à domicile n’est pas élitiste comme peuvent l’être la scolarité dans des écoles privées dites alternatives. Son coût est bien moindre que celui d’une école privée. En outre, pour les parents-éducateur, il n’est pas nécessaire d’avoir fait d’études supérieures puisque qu’un bon niveau de collège suffit.

L’école à la maison : “un risque pour la réussite scolaire de mon enfant”

Un autre stéréotype, les parents seraient de moins bons enseignants que les professeurs diplômés d’un Master BAC+5.

Évidemment cela coule de source… non ?

Alors, évidemment, ils est très difficile d’avoir des études comparatives sur cette question, et pour cause, l’État qui a tout intérêt à conserver le monopole de l’enseignement, ne voit pas d’un bon oeil la progression rapide des modes d’enseignement alternatifs. Dépassé par le phénomène, sous couvert de radicalisation religieuse, le Sénat adopte une loi sur le renforcement des contrôles pour les écoles hors contrat.

Dans les faits qu’en est-il ? Et bien, il semble que contrairement à ce que l’on pourrait penser, les enfants scolarisés à la maison qui suivent un cursus structuré ne connaissent pas l’échec scolaire. Au contraire, leur niveau est globalement supérieur à celui des enfants scolarisés (cf. les travaux de Christine Brabant de l’Université de Montréal).

Quant aux enfants suivant un “cursus informel”, je n’ai trouvé aucun rapport attestant de problèmes liés à leur niveau scolaire, mais on sait que ces derniers représentent environ 30% des enfants pratiquant l’école à domicile. Or, selon l’état des lieux de la scolarisation dans les établissements privés hors contrat et de l’instruction à domicile seuls 7% de toutes les inspections réalisée par des inspecteurs académiques se sont avérées insuffisantes et ont donné lieux à une second contrôle. Ensuite, 45% de ses deuxième contrôles ont été jugés positifs. On peut donc dire que globalement, toutes méthode pédagogiques confondues (ce qui inclue aussi l’enseignement informel), près de 96 % des élèves pratiquant l’instruction en famille ont un niveau scolaire équivalent à ce qui est attendu des élèves de l’école. Quand on sait que 15 et 20% des enfant scolarisés présentent de graves lacunes en lecture et en calcul (voir rapport de 2013 sur le traitement de la grande difficulté au cours de la scolarité obligatoire ), on comprend que tant de parents préfèrent prendre en charge l’instruction de leurs enfants.

Une éducation sur mesure

Enfin, l’instruction en famille présente un autre avantage, elle s’adapte mieux au rythme de l’enfant car l’approche pédagogique s’adapte aux besoins de l’enfant. Les parents connaissent parfaitement les difficultés et la personnalité de leur progéniture. En outre, les parents peuvent accorder davantage de temps pour expliquer les notions difficiles.

Surtout la plupart des parents qui pratiquent ce mode d’enseignement ont remarqué une relation plus forte avec leur enfant.

Cela reste un choix qui mérite d’être médité aussi bien par les parents que par les enfants, mais rien de vous empêche de tester une année l’instruction à la maison surtout si votre enfant va à l’école à reculons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne partez pas sans vous abonner à la newsletter
Recevez nos derniers articles et conseils avant tout le monde (éducation, scolarité, psychologie, développement personnel...) Bénéficiez sans condition de 20% sur tous nos produits (formations, e-book, conférences...)
Semanciper.com respecte la législation européenne dite RGPD. Vos données et emails ne seront en aucun cas partagées.