fbpx

Pourquoi faut-il encourager vos enfants à dessiner ?

Les enfants adorent “gribouiller”… Mais non, ils ne “gribouillent” pas, ils apprennent et développent leurs facultés intellectuelles, leurs capacités de concentration, leur mémoire et leur créativité.

En cours…
Bravo et bienvenue parmi nous !
L’évolution du dessin entre 2 ans et 6 ans.

Salam Aleykoum,

Combien d’entre vous ont pris l’habitude de laisser leurs enfants regarder la télévision à la maison ? Allez ne mentez pas 😉… En France un enfant sur deux regarde régulièrement la télévision AVANT 18 mois (étude de l’INSERM sur 18 000 enfants). Selon cette étude, 80% des enfants de deux ans regardent la télévision TOUS LES JOURS.

Entre dessins et écrans il faut choisir

“Je veillais à ce que mes enfants ne regardent pas trop la télévision ou les écrans”.

“Je ne leur autorise les écrans que le week end”…

“Je ne les autorise à ne jouer que lorsqu’ils ont fini leur devoir”.

“Les jeux vidéos développent une certaine forme d’intelligence”.

“Moi je regardais la télévision et pourtant je m’en suis bien sorti…”

Ect…

Statistiques officielles sur l’évolution des troubles en 8 ans tirés de “repères et références statistiques de la Depp 2018”

Troubles intellectuels chez l’enfant : +25%

Trouble psychique (mal être) : + 55%

Troubles du langage (multiples dys…) : +95%

Une explosion des troubles du langage et de l’attention

Est-ce que vos enfants commencent à se disputer ou montrer des signes de nervosité dès que vous éteignez la télévision ou reprenez l’écran (problème d’agressivité).

Est-ce que vos enfants ont de plus en plus de mal à trouver des idées de jeux dès qu’ils ne sont pas sur un écran (problème d’autonomie) ?

Est-ce que vos enfants se plaignent tout le temps de s’ennuyer ? (problème d’imagination)

Est-ce que vos enfants oublient sans cesse leurs affaires ? Est-ce qu’ils ont du mal à se concentrer sur une tâche précise (troubles de l’attention) ?

Je reviendrai sur cette question des écrans dans un prochain article mais aujourd’hui j’aimerais vous inviter à réfléchir aux bienfaits du dessin.

Le dessin (et l’art en général) une excellente alternative aux écrans

Je note que certains Musulmans ne savent pas trop comment se positionner par rapport aux dessins de leurs enfants. A la rigueur ils n’ont rien contre la télé, les jeux vidéo et même les dessins animés, mais sont réticents face aux dessins…

C’est une erreur qui pourrait avoir de graves conséquences sur le développement de votre enfant et je vais vous expliquer pourquoi dans les lignes qui vont suivre.

Petite mise au point…

Comme je le répète régulièrement ce site n’a pas vocation à répondre à des questions religieuses. Encore une fois, à chacun ses compétences. Je ne me positionnerai donc pas sur la question du licite ou de l’illicite des dessins ou les représentations d’artistes.

Cependant, je me permets de prendre position sur la nécessité de laisser vos enfants dessiner et je vais vous expliquer pourquoi. J’ai pris le temps de prendre les informations et d’analyser les divers avis juridiques pour vous rassurer. Que disent ces avis ?

Le dessin “naïf” des enfants n’est PAS concerné par les interdictions générales sur les représentations. En tout cas, c’est l’avis majoritaire et celui qui me parait le plus sérieux sur la question.

Cet article s’adresse aux parents qui comme moi, pensent que les dessins enfantins, ne sont pas un objet d’adoration. Que les enfants qui se peignent, se dessinent et dessinent ce qu’ils voient ou ceux qu’ils aiment ne le font par orgueil mais répondent tout simplement à un élan naturel, comme celui de parler ou de marcher…

Si vous pensez cela, ne vous sentez pas coupables et n’ayez pas peur de hadiths décontextualisés qui interdisent certaines représentations.

Pour faire simple, ce qui est presque unanimement interdit c’est la production et la conservation de statues chez soi. Or, même pour celles-ci, les poupées d’enfants font exception. Encore une fois, ce n’est pas mon avis mais “celui de la plupart des ulémas. C’est aussi l’avis des Malékites, des Chafiites et des Hanbalites. Al-Qadi Iyadh a rapporté que la plupart des ulémas l’autorisent. An-Nawawi est du même avis dans son commentaire du Sahih de Mouslim” (propos trouvés dans “L’Islam en questions/réponses”).

Vous comprendrez donc que si les poupées sont autorisées alors qu’elles sont proches des statues, alors les dessins enfantins ne peuvent en aucun cas être concernés par l’interdictions sur les représentations. Les avis sur lesquelles certains parents se réfèrent pour interdir à leurs enfants le dessin concernent les oeuvres d’art qui peuvent elles faire effectivement l’objet d’une véritable adoration (si on en croit le prix de ventes de certains tableaux). D’ailleurs les dessins animés, les pièces de monnaies sont eux aussi exemptés par une grande partie des savants car ils ne répondent pas à ces trois critères qui doivent vous servir de base de réflexion :

  • l’image ne représente pas une divinité ou une créature à laquelle un culte est voué.
  • l’image n’est pas produite d’un artiste qui chercherait par son geste à imiter la création de Dieu.
  • le dessin de l’enfant n’a pas pour but de glorifier ou de vénérer une personnalité humaine.

Je vous renvoie donc vers trois sites présentant des avis différents. A ce titre, je vous invite aussi à vous méfier des résultats sur Google : les avis les mieux référencés, et donc les plus nombreux, ne correspondent pas forcément aux avis majoritaires, c’est d’ailleurs souvent le contraire. Cela n’indique qu’une plus grande activité sur les forums de discussion et sur internet en général.

Trois sites, trois conceptions différentes :

A noter que je supprimerai systématiquement les commentaires sous forme de disputes entre “écoles” et autres “mises en garde” qui sont pour moi indignes de cette belle religion qu’est l’Islam.

Pourquoi devriez-vous encourager votre enfant à dessiner ?

Le dessin n’est pas pour l’enfant qu’une activité ludique, le dessin ou la peinture sont de l’avis de la plupart des scientifiques spécialisés dans le développement de l’enfant, indispensable pour son éveil et le développement intellectuel.

En quelques années, le jeune enfant apprend à dessiner facilement et à maîtriser l’usage d’un crayon. Le geste est plus sûr.

  • Alors, comment aider les petits à progresser en dessin ?
  • Pourquoi est-il important de laisser les enfants dessiner ?

Si les cahiers de coloriage sont intéressants, rien de mieux qu’une feuille blanche et quelques crayons de couleur pour éveiller les sens des plus petits.

L’entrée dans le dessin

Dans les premiers mois de sa vie, bébé se développe très rapidement et ses progrès sont stupéfiants :

  • tenir sa tête,
  • se retourner,
  • tenir assis,
  • se déplacer à quatre pattes,
  • se relever,
  • marcher…

Entre 12 et 18 mois, bébé est déjà capable de tenir un crayon dans sa main. Naturellement, il va commencer à gribouiller sur les supports qui lui tombent sous la main. Tous les enfants du monde font cela, c’est aussi instinctif que de vouloir marcher. Pourquoi l’enfant a t-il besoin du dessin ?

Le dessin permet aux enfants de développer leurs capacités motrices et notamment d’apprendre à gérer ses gestes et à mieux coordonner leurs mouvements. Il explore les matières et fait de nouvelles découvertes sensorielles.

Le dessin représente le meilleur entrainement pour travailler sa précision, les spécialistes disent qu’il a une fonction double : extéroceptive (action du corps, ici de la main pour modifier l’objet) et proprioceptive (adaptation/ modelage du corps, ici de la main par rapport à l’objet).

En quoi le dessin est vital pour l’enfant ?

Notre cerveau est constitué de plusieurs parties qui se complètent les unes par rapport aux autres. Il y a le cerveau des sentiments, celui des tâches manuelles, celui du raisonnement… Or, si certaines de ces parties sont sous-développées, c’est notre intelligence entière, c’est à dire notre capacité à nous adapter au monde, qui sera affaiblie. Aussi, il est important de rappeler que le retard pris dans la prime enfance, ne se comble pas aisément à l’âge adulte. Par exemple, de nombreux tests de QI, concernent des formes et exigent de l’individu qu’il puisse se représenter concrètement des formes abstraites, ou de percevoir des nuances ou au contraires des similitudes, dans des formes géométriques complexes. C’est le dessin enfantin qui permet le mieux d’acquérir ces compétences.

En cours…
Bravo et bienvenue parmi nous !

Etre plus habile de ses mains

Un enfant qui n’a pas assez dessiné sera, moins habile de ses mains à l’âge adulte (artisanat, précision du geste, capacité à représenter le monde, capacité à faire des schéma et des plans).

Développer sa mémoire visuelle

Un enfant qui ne dessine pas, ne stimule PAS correctement les parties de son cerveau liées au sens de l’observation à la perception des détails, à la mémoire visuelle. Combien d’adultes sont incapables de se remémorer une image vue précédemment, de faire un croquis, de lire une carte ? Peut-être ont-ils trop regardé la télévision étant enfant ou peut être n’ont-ils pas été encouragés à dessiner.

Booster son imagination, sa créativité et son intelligence

Les enfants qui dessinent sont généralement doués d’une grande imagination, ils deviennent des créatifs dans l’âme. La première étape pour l’enfant est de reproduire ce qu’il voit, mais plus tard, à partir de 6-7 ans selon Piaget, l’enfant passe au “stade préopératoire” puis à partir de 10-12 ans au stade des opérations formelles. En quoi le stades “pré opératoire” est-il essentiel pour le futur adulte ? Et bien c’est durant cette période que l’enfant va développer une nouvelle compétente incroyablement importante pour sa vie future : il va apprendre à représenter des choses abstraites, c’est à dire qu’il ne dessine pas ce qu’il voit, il se représente des choses qu’il a vu et les adapte à sa convenance. Les meilleurs élèves, les grands scientifiques, les ingénieurs les plus doués ont tous un point commun : leur intelligence est capable d’aller au delà de la simple copie, d’imaginer des solutions nouvelles à partir de modèles connues. C’est ce qu’on appelle communément la capacité d’innovation. C’est un signe important d’intelligence.

Quant au stade des opérations formelles, il correspond tout simplement à la capacité d’un individu à imaginer ce qui n’existe pas. C’est le stade ultime de l’abstraction, c’est ce qui nous différencie le plus des animaux, car même des chimpanzés ou des Orang-outans entrainés peuvent dessiner. Néanmoins aucun n’est capable de représenter des objets absents ou imaginaires comme le font vos enfants. Le stade des opérations formelles est celui du raisonnement hypothético déductif. L’enfant n’a même plus besoin de modèle qu’ils soient présents ou absents. C’est grâce au développement de ces compétences qu’il peut “philosopher” c’est à dire, penser au delà de la réalité, imaginer un monde au delà de la perception des sens. La foi se nourrit donc de ce type d’intelligence qui peut devenir hyper développée grâce au dessins durant l’enfance.

Améliorer sa capacité de concentration

Les enfants dessinateurs, sont capables de se concentrer beaucoup plus longtemps que les autres. Pour bien dessiner, l’enfant doit être en pleine conscience, il fait appel à sa mémoire visuelle, à sa capacité à visualiser mentalement les choses qu’il dessine, il doit dans le même temps contrôler sa main pour obtenir un geste aussi précis que possible, ce qui n’est absolument pas simple pour un enfant. Ces compétences seront tout à fait fondamentales pour apprentissages ultérieurs.

Évacuer son stress

L’enfant qui dessine s’évade, échappe aux petits stress de la vie courante, les psychologues disent qu’il sublime ses angoisses. Tout le monde a des angoisses, les enfants ne font pas exception. Le dessin soulage l’enfant et l’apaise, quand la télévision l’excite et l’angoisse. En effet, devant l’écran le cerveau du petit, doit enregistrer et interpréter 25 images/ seconde, ce qui le met en état d’alerte proche de la transe, épuisant ainsi ses capacités de concentration et le rendant inapte au moindre effort intellectuel par la suite.

Le dessin au contraire, est une activité apaisante, qui fait appel au cerveau droit, siège de la mémoire, de la sensibilité, de l’observation, des perspectives, de la représentation des formes géométriques, de l’espace, des volumes, ainsi le cerveau gauche (logique, langage, temps) peut se reposer, ce qui explique qu’un enfant qui dessine ne voit pas le temps passer, son cerveau gauche est en repos. Dessiner, tout comme le jeu, favorise donc la paix intérieure en aidant l’enfant à évacuer par le dessin, des angoisses qui si elles sont refoulées peuvent être néfastes à l’enfant. Ce n’est pas pour rien que beaucoup de psychologues de l’enfance, utilisent le jeu ou le dessin pour soigner les enfants victimes de traumatismes.

Développer sa personnalité et son caractère

Le dessin est une excellente préparation pour le graphisme, un bon dessinateur possède généralement une très belle écriture. Souvent d’ailleurs, l’écriture et la signature de l’adultes qui dessinait beaucoup se distinguent par leur originalité et leur raffinement, c’est signe d’un caractère affirmé et d’une personnalité forte et originale.

Quelles sont les étapes du développement de l’enfant à travers le dessin ?

A partir de 18 mois à deux ans, les parents constatent que l’enfant ne fait plus de gribouillis en forme de cercles. Ses tracés deviennent plus précis. L’enfant commence à dessiner de gauche à droite par exemple. L’enfant entraîne peu à peu ses muscles et sa vision. Il arrive à suivre ses gestes grâce à sa vue et à anticiper ses mouvements (coordination). Au départ, l’enfant dessine sans rechercher une quelconque représentation. Ce n’est que par hasard, ou par l’intervention de ses parents qu’il s’aperçoit qu’il dessine une chose qui existe. C’est ce que Luquet appelle le réalisme fortuit. Avant 4 ans, inutile donc de demander à votre enfant de représenter une chose précise, ses gestes sont encore trop “maladroits” (motricité fine) pour parvenir à un résultat réaliste. Il n’empêche que cette période d’entraînement est fondamentale.

Vers l’âge d’environ 4 ans, l’enfant VEUT représenter quelque chose, mais n’y arrive pas toujours. Alors il recommence et recommence encore et encore, mais ne se décourage pas, c’est la force de l’enfant. Alors ne soyez pas dur avec lui et observez son intelligence “au travail”. Il dessine alors des formes et commence à reproduire des bonshommes. Parfois, sans que vous ne vous en aperceviez, il dessine un visage, un portrait, parfois même son autoportrait. Luquet parle de réalisme manqué.

Entre 5 et 8 ans, l’enfant gagne en précision. Ses dessins commencent à ressembler à la réalité. Le plus fascinant c’est qu’il commence à prendre en compte les lois de la physique, alors même qu’il ne les a jamais étudié ! Le mouvement, la gravité, le couché du soleil, les différence de masses. L’enfant va commencer à dessiner des personnages de manière plus réaliste.

Entre 3 et 6 ans, l’enfant dessine un bonhomme « têtard ». Il le représente sous la forme d’un rond et de traits pour les jambes et les bras.

Par la suite, l’enfant rajoute un second rond symbolisant le tronc et quelques détails de l’anatomie du corps humain. Il dessine le cou, les cheveux, les yeux, la bouche, les doigts, les pieds, même le nombril… Ce n’est que vers l’âge de 6 ans que l’enfant commence à habiller son bonhomme en dessinant des vêtements.

Encore une fois, laissez le dessiner, cela lui permet de se représenter le monde, de comprendre comment est fait le corps humain, de comprendre aussi qu’il est un individu parmi d’autres. Cette période est très importante car l’enfant se forge sa propre personnalité en comprend qu’il est différent, spécial, par son apparence tout d’abord.

Ainsi, l’enfant construit sa confiance en soi et apprend par le dessin à s’affirmer, il choisit consciemment ses thématiques préférées, ses centres d’intérêt (c’est pourquoi il ne faut pas lui interdire de se représenter ou de représenter les autres).

Durant cette phase, l’enfant ne dessine pas ce qu’il voit mais ce qu’il perçoit, ce sont ses représentations du monde qu’il reproduit sur sa feuille. Le dessin va donc lui permettre peu à peu de confronter ses conceptions avec la réalité. Cela va se faire progressivement grâce au dessin.

Avant 7-9 ans, l’enfant ne voit pas les perspectives. Il est également fréquent qu’il dessine une maison et que l’on y voit ses occupants, comme si les murs étaient transparents, c’est parce qu’il dessine avec ses représentations mentales, toujours pas ce qu’il voit réellement.

Ce n’est que vers 9-10 ans que l’enfant commence à dessiner en respectant les perspectives et les murs solides, il entre dans la période du réalisme visuel.

Comment favoriser le développement de l’enfant grâce au dessin ?

Mes conseils pour utiliser le dessin comme outil pédagogique

  • Tout d’abord laissez toujours à disposition de l’enfant le matériel nécessaire au dessin et renouvelez-le régulièrement.
  • Privilégiez autant que possible la feuille blanche aux coloriages car l’enfant va apprendre par lui-même à respecter les limites et à contrôler ses gestes.
  • Multiplier les outils et supports, crayons, feutre, le pinceau, les doigts, une plume, un pochoir, un tampom, une éponge
  • NE FORCEZ PAS votre fils ou votre fille à dessiner AU RISQUE DE LUI ENLEVER LE PLAISIR. Si votre enfant n’aime pas dessiner c’est sans doute à cause des écrans. Supprimez les tous (les plaintes ne durerons que quelques jours) et votre enfant reviendra en quelque semaines (parfois moins cela dépend de la gravité de sa dépendance) aux dessins et aux jeux libres. JE VOUS LE GARANTIS.
  • Ne portez pas de jugement, ni positif, ni négatif. C’est à dire ne vous émerveillez pas sans cesse. Montrez lui que vous appréciez de le voir heureux à dessiner. Si il vous sollicite, dites lui, “si tu aimes c’est ce qui compte, j’aime beaucoup les couleurs que tu as choisi…”. Si il n’aime pas son dessin, ce n’ai pas mauvais signe, c’est qu’il/ elle a un haut niveau d’exigence. Demandez lui pourquoi il/ elle n’aime pas son dessin ? De cette manière l’enfant construit son sens critique sans dépendre du jugement de l’adulte et développe ainsi son autonomie.
  • Habituez le à écrire son prénom sur le dessin/ aidez le si besoin, afin de l’entraîner a reconnaitre son nom. L’écriture est la continuité du dessin. MAIS ATTENTION AVANT 6 ans, l’enfant n’ai pas attiré par l’écriture, cela ne correspond pas à son stade de développement (manipulation d’objet concrets). Ne le traumatisez pas en le forçant à écrire les lettres si il vous sentez qu’il n’en a pas envie. En revanche, les enfants de 3/4 ans adorent repasser sur l’écriture de leur parents ou écrire avec l’aide de la main du papa ou de la maman.
  • Demandez-lui de vous expliquer ce qu’il a dessiné, pour lui apprendre à verbaliser, mais ne le poussez pas, ce n’est pas un cours de français. Le maître mot : plaisir et échange.

J’espère que cet article vous aura plus. Mon objectif est de vous convaincre de privilégier le dessin aux écrans. N’hésitez pas à m’envoyer les dessins de votre enfant, je les ferai apparaître sur le site, ce qui ravira l’enfant 😉.

Mon email : contact.semanciper@gmail.com

Dites moi aussi ce que vous avez fait au sujet de la télévision et des écrans, souvenez-vous que vos commentaires sont autant d’encouragements pour les autres parents. Alors partagez votre expérience à travers ce site.

Les écrans sont une véritable calamité pour nos enfants (je dois à tout prix écrire sur ce sujet😉). Comment les vôtres ont-ils réagi ? Avez-vous noté des progrès dans leur comportement/ leur développement grâce au dessin ?

Enfin faites moi part des sujet que vous aimeriez me voir traiter.

Salam aleykoum (pour les Musulmans) et salutations sincères pour tous les autres.

En cours…
Bravo et bienvenue parmi nous !

Notes de bas de page

Article de BFM sur le sujet : https://www.bfmtv.com/sante/augmentation-des-troubles-cognitifs-chez-les-enfants-les-professionnels-pointent-la-responsabilite-des-ecrans-1615017.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La newsletter qui peut révolutionner ta vie
Recevez nos derniers articles et conseils avant tout le monde (éducation des enfants, réussite scolaire, psychologie, organisation, lectures...).
Semanciper.com respecte la législation européenne dite RGPD. Vos données et emails ne seront en aucun cas partagées.
%d blogueurs aiment cette page :