fbpx

Le courage de lutter pour ses convictions

Se lancer dans un projet l’instruction en famille c’est se transformer, c’est redécouvrir ses enfants. C’est aussi apprendre à mieux se connaître. Enfin, c’est une occasion d’améliorer considérablement votre culture générale et d’apprendre en même temps que vos enfants.

Dans la plupart des domaines de la vie, que ce soit en matière de santé, de pédagogie, d’éducation ou même de politique, faire le choix de ne pas suivre la majorité s’avère parfois la meilleure stratégie.

En revanche, les parents qui ne scolarise pas leurs enfants, font face à un mur d’incompréhension voire à l’antipathie. C’est une chose à laquelle il faut être préparé tout en comprenant que c’est le lot de tous les précurseurs et de tous ceux qui osent sortir des sentiers battus.

Autant la France s’efforce d’être à la pointe de l’égalité des sexes, de la défense de la cause homosexuelle et autre combats pour les minorités sexuelles, autant elle se révèle frileuse à l’égard des pédagogies et des mode d’enseignement alternatifs. L’instruction en famille bien qu’elle soit totalement légale (Article L131-2 du Code de l’éducation), est un exemple de cette liberté à deux vitesse, car plutôt que de mieux accompagner les familles dans leur démarche et de reconnaître pleinement leur droit à la différence, l’État se montre suspicieux et annonce sa volonté de renforcer les inspections (Article L131-10 du Code de l’éducation).

Il aurait sans doute été préférable d’envoyer ces inspecteurs non pas pour évaluer le travail des parents mais pour les former ou les conseiller ? Je pense qu’il aurait été intéressant de dialoguer ces parents dits “non sco”, voire pourquoi pas, de créer avec leurs associations des partenariats. Une société apaisée et confiante en elle même choisira toujours le dialogue, quand une société qui doute et qui a peur optera pour la confrontation.

Mais, en y réfléchissant un peu, cela n’a rien de bien étonnant puisque l’enseignement a toujours été un enjeu politique dans notre pays, un outil au service de l’État qui permet de “façonner” les enfants.

L’École française n’est plus aussi prestigieuse qu’elle l’était par le passé, bien au contraire, le système scolaire français est aujourd’hui en retard du point de vue pédagogique, surtout si on le compare à celui de pays plus performants comme  Singapour, la Finlande ou le Canada. Aujourd’hui encore, notre système éducatif reste très conservateur avec les traditionnelles punitions et récompenses (les notes), il se caractérise par un enseignement très verticale dans lequel l’élève est assez peu sollicité. Enfin, notre modèle d’orientation professionnelle est lui aussi en crise, et 50% des étudiants exerce un emploi qui n’est pas en rapport avec leur diplôme.

Choisir l’instruction à domicile, c’est évidemment se mettre volontairement en dehors de ce système, pour tente d’échapper à ses dysfonctionnements. Mais, comme la fonction première de tout système est sa propre conservation, l’Éducation Nationale se montre très hostile aux expériences alternatives.

Cette absence de dialogue est le foyer de stéréotypes très profondément ancrés dans notre société. D’abord, chez nos représentants politiques chargé de légiférer sur le sujet alors qu’ils sont très peu informés. Ensuite chez les enseignants

Depuis une quinzaine d’années la scolarisation à domicile a le vent en poupe, les parents s’organisent même en associations de plus en plus influentes (LED’A, CISE…). Enfin, même si les contrôles ont récemment été renforcés (2017), la loi continue malgré tout à reconnaître la légitimité de l’éducation en famille.

Alors, n’ayez pas peurs, prendre en charge l’instruction de ses enfants sans l’aide de l’école n’est plus aussi difficile qu’autrefois. Des dizaines de milliers de parents sont passés par là avant vous, avec des résultats tout à fait positifs.

École classique ou instruction en famille, deux options différentes avec chacune a ses avantages et ses inconvénients. Comme les solutions parfaites n’existent pas, le mieux est de demander à votre enfant ce qu’il désire, ou, de voir où il se plaît le mieux, à l’école au milieu de ses copains ou à la maison aux côtés de ses parents bienveillants?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne partez pas sans vous abonner à la newsletter
Recevez nos derniers articles et conseils avant tout le monde (éducation, scolarité, psychologie, développement personnel...) Bénéficiez sans condition de 20% sur tous nos produits (formations, e-book, conférences...)
Semanciper.com respecte la législation européenne dite RGPD. Vos données et emails ne seront en aucun cas partagées.